Dans le cadre de l’ALD (Allocation Longue Durée), les malades du cancer sont pris en charge à 100%. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ? Quels sont les soins remboursés et ceux restant à la charge des patients ? Le point avec Cécile Ferretti, assistante sociale à l’Hôtel-Dieu.

Vous allez passer de longs mois en tête à tête avec votre perruque. Pas question de se rater sur son choix. Avec une image de soi déjà passablement ébranlée par la perte des cheveux, il est impératif par ailleurs de ne pas se sentir mal face aux autres. Erreurs à ne pas commettre et conseils.

La socio-esthétique est inscrite comme soin de support dans le plan Cancer. Elle aide chaque malade à se réconcilier avec une image souvent abîmée par les traitements. Elle s’intéresse aussi à leur bien-être. Aury Caltagirone, Conseillère en Image Personnelle et Socio-Esthéticienne à l‘Institut Gustave Roussy (IGR), répond à nos questions.  

Armée de foulards, borsalino et maquillage, Marie-Laure Allouis  aide les patients à se réconcilier avec leur image souvent mise à mal par la maladie. Cette infirmière à l’Hôpital Georges Pompidou à Paris a en effet une double casquette : soignante et « relookeuse », deux missions qu’elle assume avec une conviction toute communicative. 

Une fois seules devant leur miroir, nombre de femmes sont très déçues de la perruque tout juste achetée. Elles n'aiment plus vraiment la coupe ou tout simplement, ne réussissent pas à la positionner correctement. Découragées, certaines vont la remettre dans la boite, pour ne plus y toucher. Voici quelques conseils pour dépasser cette première déception et l’ajuster sans aucune difficulté.

Si elles étaient assises cote à cote dans le métro ou au cinéma, elles ne s’adresseraient pas la parole. A peine se jetteraient-elles un regard furtif. Dans la capitale, on ne se parle pas si facilement entre inconnus. Ici, dans ces salles en attente de leur chimio, elles sont autres, toutes reliées par le fil de la maladie.

Qui l'eût cru? J'ai du mal à me passer de cette « boule de poils »! Difficile de l’abandonner dans une vulgaire boite à chaussure, après tous ces mois –neuf au total – passés ensemble. Dès le début, je l’ai aimée. Parce qu’elle était là, prête à  me redonner confiance en moi, à m’aider à renouer avec ma féminité. Toujours impeccable, elle m’a fait passer pour ce que je n’étais pas : une bien portante.

Quelques minutes avant la perfusion de certaines chimios, les infirmières vous proposeront le port d’un casque réfrigéré. Elles mouillent les cheveux avant de recouvrir la tête d’un « bonnet » glacé. Sa tolérance est variable d’une personne à l’autre. Son efficacité aussi. Quelques conseils pour freiner la perte des cheveux.

Quelques minutes avant la perfusion de certaines chimio -les plus susceptibles d'engendrer une alopécie - , les infirmières vous proposeront le port d’un casque réfrigéré. Celui-ci a pour objectif de limiter voire d'empêcher la perte des cheveux. Il est plus ou moins bien toléré car le froid peut engendrer des migraines. Et son efficacité est variable d'un protocole à l'autre. Si vous êtes bien décidé à garder vos cheveux, cela vaut la peine d'essayer.  

Envie de partager votre experience ? Réagissez au sujet.

Avez-vous testé le port du casque glacé pendant la chimio ? Quels résultats ?

Réagir sur le forum