Des études menées aux Etats-Unis et en France confirment que les femmes ayant été atteintes de cancer du sein sont encore trop peu nombreuses à suivre les recommandations concernant la pratique régulière d’un sport. Pourtant, il est désormais établi que celle-ci protège efficacement de la récidive tous les malades. Et vous, où en êtes-vous ?

Indices de protection, UVA ou UVB, heures et durée d’exposition…Pour profiter des rayons solaires tout en ne subissant pas leur menace, il faut s’informer. Et pour ceux qui sortent de chimiothérapie ou radiothérapie, pas question de prendre des risques ! Voici les suggestions les plus à la pointe concernant notre désir de « bronzage ». 

C’est une initiative sans précédent : la ligue du cancer de la Sarthe a récemment mis en place une consultation gratuite d’onco-sexologie. Les malades peuvent venir parler de leurs difficultés intimes dans un lieu dédié à cette question trop longtemps taboue.Entretien avec Sébastien Landry, responsable de cette consultation.

INSPIRATION : Pensez-à votre « Support team ! »

Lorsque le moral baisse, que l’angoisse monte, nous avons tendance à nous sentir seul. Or, en y regardant de près, chaque malade dispose forcément d’alliés, proches mais aussi plus lointains, tous engagés avec lui dans la lutte contre son cancer. 

Touchée par un cancer du poumon en 2008, Marie estime aujourd’hui que la maladie lui a donné l’opportunité de changer des choses essentielles dans sa vie. Elle revient sur ce cheminement intérieur, une recherche philosophique de ce qui est bon pour soi.

Suite à une pétition lancée par une mère américaine, le fabricant de jouet Mattel vient de s’engager à distribuer davantage de « Barbie » chauves auprès des enfants sous chimiothérapie. Mais ce compagnonnage du petit malade avec une poupée « différente », s’il permet aux parents de parler de sa maladie à l’enfant, pose toutefois quelques questions.

L’Inca a dernièrement publié les résultats d’une étude menée en 2012 et concernant la qualité de vie des personnes touchées par le cancer depuis plus de deux ans.  On y découvre combien les inégalités perdurent entre malades en termes de réinsertion professionnelle, notamment, ou de recours aux traitements anti douleurs. Une occasion de regarder où l’on en est soi-même.

Il y a dix ans, il était un homme pressé, et dévoré par le stress professionnel. La maladie fut une épreuve, mais lui a aussi permis de tout doucement pouvoir changer de priorités et de trajectoire de vie. A 59 ans, Arnauld considère même que son cancer a en quelque sorte été une thérapie. Témoignage.  

En Angleterre, il sera possible dès l’an prochain de dépister  un cancer du sein par voie sanguine. Il faudra seulement trois heures pour poser le diagnostic. Une avancée inestimable pour contrer la perte de temps et l’attente anxieuse, voire l’erreur de diagnostic qui ont pénalisé jusque-là trop de patientes. 

Annoncer la maladie, moment pénible pour les patients, est aussi un exercice difficile pour les soignants. C’est pourquoi le CHU d’Angers propose une formation spécifique pour les jeunes oncologues. Le Dr José Hureaux*, responsable pédagogique de ce programme, le présente.